Connectez-vous S'inscrire
Webinfo.fr ®

Des dizaines d'arrestations à Paris lors d'une manifestation anticapitaliste




Des dizaines d'arrestations à Paris lors d'une manifestation anticapitaliste
Comme lors de la soirée du premier tour, dimanche 23 avril dernier, la nuit de la victoire d'Emmanuel Macron à la présidence de la République a été le théâtre de violences, essentiellement à Paris. Lundi matin, une source policière a indiqué que neuf personnes avaient été placées en garde à vue à l'issue d'une manifestation «anticapitaliste» au cours de laquelle 141 personnes ont été interpellées dans la capitale.
  Une voiture a été dégradée ainsi qu'un véhicule de police par des jets de projectile lors de cette manifestation au cours de laquelle plus de 300 personnes se sont rassemblées dans le quartier populaire de Ménilmontant (XXe arrondissement). Des appels à se rassembler avaient circulé dimanche sur les réseaux sociaux, notamment dans les cercles antifas et anticapitalistes. Selon la source policière, les manifestants ont brisé les vitres d'une école et dégradé des poubelles.
Les neuf personnes placées en garde à vue l'ont été pour «entrave à la circulation et participation à un attroupement», «violences sur agent dépositaire de la force publique» ou «dégradations volontaires», indique la même source.
Voir l'image sur Twitter
» De candidat élu à président: la semaine chargée qui attend Emmanuel Macron
Aux cris de «Tout le monde déteste la police», de jeunes hommes pour la plupart, vêtus de noir, cagoulés ou bas du visage dissimulé, avaient jeté des projectiles. Les policiers avaient répliqué par du gaz lacrymogène et rapidement encerclé une centaine d'entre eux. Dans les bars des environs, clients et passants étaient confinés pour échapper aux gaz et aux violences, comme en témoigne un journaliste indépendant sur Twitter:
Voir l'image sur Twitter Voir l'image sur Twitter
D'autres manifestations «anticapitalistes» ont également eu lieu à Nantes, où environ 450 personnes se sont rassemblées derrière une banderole «Soyons ingouvernables», à Lyon avec 300 manifestants pour un «troisième tour social» ainsi qu'à Grenoble, Strasbourg et Poitiers.
Au soir du premier tour, le 23 avril, il y avait eu 143 personnes arrêtées, dont 29 placées en garde à vue. Six policiers et trois manifestants avaient été légèrement blessés.

Notez








International | Faits-Divers | Informations locales | Politique | Economie | Santé | Sport