Oradio.fr


International

Brexit : Theresa May veut demander un nouveau report



Capture Channel 4
Capture Channel 4
Elle réclame encore davantage de temps. Après un conseil des ministres long de sept heures, Theresa May a déclaré mardi soir face à la presse vouloir demander un nouveau report, « aussi court que possible » du Brexit à l’Union européenne. Lundi soir, les députés britanniques avaient à nouveau voté contre les quatre options alternatives à l’accord de Brexit conclu par la Première ministre avec Bruxelles.
La Première ministre britannique a assuré par ailleurs que « cette division » ne pouvait « continuer » car elle « mettait en péril toute notre politique ». « J'ai toujours dit que nous pourrions transformer en succès une sortie sans accord sur le long terme mais la meilleure solution est de partir avec un accord » de l'Union européenne, a-t-elle ajouté.
Theresa May s’est également déclarée ouverte pour « s’asseoir » avec Jeremy Corbyn, leader de l’opposition, et « travailler ensemble sur un plan de Brexit ». Elle a précisé que « tout plan devrait intégrer l’accord de retrait actuel », le seul à avoir été négocié avec l’UE. « Nous devons nous concentrer sur notre future relation avec l’UE ». Jeremy Corbyn a d’ores et déjà accepté de rencontrer la Première ministre et s’est dit «très heureux » de discuter. Si May et Corbyn ne parviennent pas à s’entendre, dit-elle, c’est le gouvernement qui soumettra différentes options au vote des députés. Si l’une de ces options est choisie par les parlementaires, la Première ministre prévoit d’immédiatement proposer un projet de loi pour mettre en œuvre le Brexit. Au plus tard, le 22 mai, dit-elle.
Les chefs de la diplomatie française et allemande, Jean-Yves Le Drian et Heiko Maas, ont réclamé mardi de la clarté au Royaume-Uni sur le Brexit, après la demande d'un nouveau report par la Première ministre britannique Theresa May.
« Sur le Brexit, heure par heure il y a du nouveau. Si nous devions réagir en permanence sur toutes les innovations législatives britanniques, nous passerions nos journées sur le sujet », a déclaré Jean-Yves Le Drian lors d'une conférence de presse commune en marge de réunions à l'ONU.
« Il importe que les Britanniques, trois ans après leur décision, puissent afficher une ligne claire, sinon ce sera le Brexit dur qui se mettra en oeuvre dès les jours prochains », a-t-il ajouté.
La sortie du Royaume-Uni de l'UE devait avoir lieu le 29 mars avant que Mme May n'obtienne, lors du sommet européen des 21 et 22 mars, un report jusqu'au 12 avril au plus tôt, si l'accord de divorce n'était pas adopté, et jusqu'au 22 mai s'il l'était.


Rédigé le Mercredi 3 Avril 2019 par Rédaction Webinfo.fr




International | Faits-Divers | Politique | Economie | Société | Santé | Environnement | Sport | LifeStyle | Les régions