Société

SOCIETE : Agressions sexuelles. 12 % des Françaises disent avoir subi un viol






SOCIETE : Agressions sexuelles. 12 % des Françaises disent avoir subi un viol

Les chiffres sont préoccupants. Plus d’une femme sur 10 déclare avoir subi un ou plusieurs viols. Parmi elles, plus des deux tiers connaissaient leur agresseur. Et moins de 20 % des femmes agressées ont finalement porté plainte.

En France, 12 % des femmes déclarent avoir subi un viol, selon un sondage réalisé par Ifop et dévoilé par France Info  vendredi 23 février. Les résultats indiquent que plus de la moitié des femmes interrogées disent avoir été confrontées à des comportements déplacés.

Ce sondage sur les violences sexuelles, réalisé du 6 au 16 février pour la Fondation Jean-Jaurès via un questionnaire auto administré en ligne, analyse les réponses de 2 167 femmes âgées de 18 ans et plus.

L’agresseur fait souvent partie de l’entourage

L’enquête révèle que 12 % des femmes interrogées disent avoir été victimes de viol, 58 % de comportements déplacés, 50 % d’insultes ou de remarques à caractère sexiste, 45 % de gestes grossiers à connotation sexuelle, 43 % de caresses ou d’attouchements à caractère sexuel sans leur consentement et 29 % de messages pornographiques par e-mail ou SMS.

 

 

L’étude met également en lumière le fait que 78 à 88 % des femmes ayant été violées connaissaient leur agresseur. Dans la plupart des situations, il s’agit du conjoint ou d’un membre de leur entourage, et dans 36 à 48 % des cas l’agression a lieu au domicile de la victime.

Davantage d’agressions mais peu de plaintes

Autre enseignement : très peu de victimes osent parler ou porter plainte. Seules 11 à 19 % des femmes violées vont porter plainte au commissariat. 56 à 68 % n’en parlent même pas à leurs proches et 64 à 74 % ne voient ni médecin ni spécialiste après ce traumatisme. Le psychiatre Michel Debout, coordinateur de l’enquête, s’interroge : « Alors que l’on pourrait penser qu’il y a moins de viols depuis les années d’après-guerre, il y en a apparemment davantage. Pourquoi autant de viols et si peu de procédures judiciaires ? ».

 

 

 
 

Pour lui, les conséquences du silence et du repli sur soi des victimes sont souvent effroyables : 32 à 44 % ont pensé à se donner la mort, 16 à 27 % ont même fait une tentative de suicide. Le spécialiste de conclure : « Le risque de tentative de suicide et le risque suicidaire sont multipliés par quatre par rapport à d’autres femmes qui n’ont pas connu une telle agression ».


Rédigé le Vendredi 23 Février 2018 par - redaction@cultivia.fr




International | Faits-Divers | Politique | Economie | Société | Santé | Environnement | Sport | Culture et + | LifeStyle | Les régions




Publicité